Quantité-qualité : l’éternel débat, y compris au niveau des communautés

Vaut-il mieux une petite communauté, dynamique, riche et où les échanges fusent, ou bien préférez-vous une communauté plus importante en volume, donc mieux « monétisable » mais beaucoup moins riche en échanges ?

Je pense que la première option est la plus pertinente, y compris sur le long terme – surtout sur le long terme même. J’ai pourtant la sensation qu’aujourd’hui, les « grosses » communautés oublient souvent leurs membres et se focalisent uniquement sur leur rentabilité.

Attention, je ne dis pas que c’est mal, bien au contraire : ce que je dis c’est qu’il est très simple de concilier ses deux objectifs ; il suffit simplement de placer ses utilisateurs au coeur de sa stratégie, le reste suivra naturellement.

Tags: ,

4 Commentaires sur “Quantité-qualité : l’éternel débat, y compris au niveau des communautés”

  • les deux solutions sont envigasables selon moi, une coeur de communauté très active fait tourner la machine et du fait de leur mouvement, ils entrainent une quantité variable de personne dans le mouvement….

    Quelque soit la taille de la communauté, les membres actifs doivent etre récompensés….le problème est toujours le meme…du contenu…du contenu de qualité attire une cible pertinante….

  • Je suis pour les communautés humaines, c’est à dire que chaque individu qui la compose a sa place et doit être pris en compte. C’est important de connaître ses membres, et d’agir en fonction de qui ils sont et de ce dont ils ont besoin/envie. Il est évidemment plus facile d’aller dans ce sens avec une communauté plus réduite.

    Malheureusement (ou pas, c’est une question de point de vue), une petite communauté n’est pas « rentable », en terme d’audience, de référencement et de tout ce qu’on veut de « technique » et on est vite « obligé » d’imposer une démarche qui va perturber les usagers, en ne les prenant pas toujours en compte.

    Je ne sais pas s’il y a un juste milieu. Mais le métier de community manager ne m’intéresse pas énormément si on met de côté l’aspect humain/communication au profit de celui du référencement/audience.

  • Merci Samuel pour ton commentaire. Je pense que tu soulèves un point très important : le contenu, qui constitue les fondations de la communauté, ce par quoi on y est arrivé. Sans contenu, sans point de référence, point de communauté

    Nelly, je partage ton point de vue dans l’ensemble, sauf sur la « rentabilité » d’une petite communauté. Je pense qu’au contraire, c’est LE lieu idéal pour rentabiliser, car tes membres sont identifiés, sont réunis autour de valeurs communes et ont confiance les uns dans les autres. Autant d’opportunités pour un annonceur, qui doit être malin, authentique et en accord avec les valeurs qui portent ta communauté.

    Au niveau du volume de ta communauté, je vous invite à lire cet article de Kevin Kelly, un journaliste de Wired. Sa théorie est simple : il te suffit de 1000 fans pour vivre. Ce qui répond, d’une certaine façon, à l’interrogation de Nelly :
    http://www.kk.org/thetechnium/.....e_fans.php

  • Ca me fait penser à la règle des 1%, ou du 90-9-1 :

    - 90% des utilisateurs qui ne contribuent jamais
    - 9% des utilisateurs qui contribuent occasionnellement
    - 1% des utilisateurs à l’origine de la majorité des contributions

    Ensuite, au niveau du nombre de membres dans la communauté, d’autres informations sont également très intéressantes :

    Notamment le fameux nombre de Dunbar (http://en.wikipedia.org/wiki/Dunbar%27s_number), qui est une limite cognitive théorique du nombre de personnes avec lesquelles on peut entretenir des relations sociales stables. Aucune valeur précise n’a été proposée pour ce nombre, mais la valeur de 150 est couramment retenue.

    Une série d’articles très intéressants à propos de ce nombre est dispo ici : http://www.lifewithalacrity.co....._numb.html

    Mais il y a également différents palliers entre 0 et 150. Par exemple, le plus petit groupe viable comporte entre 5 et 9 membres. Ensuite entre 9 et 25 le groupe perd plus d’énergie à communiquer et à s’organiser qu’à être productif, à partir de 25 ça redevient possible, etc…

    En tout cas, tout cela est passionnant, et on peut y passer des heures :)

Laisser un commentaire

Nom (required)
Email (required)
Site/Blog
Message