Les 7 péchés capitaux du Community Manager

Que vous soyez un Community Manager, un responsable de forum, un modérateur  ou un animateur, vous êtes avant tout un être humain. Et par conséquent, faible et susceptible de succomber aux 7 péchés capitaux !

L’avarice est le contraire de l’esprit communautaire, qui veut que plus vous donnez, plus vous recevez. Certes, vous pouvez penser que cela ressemble à de la théorie fumeuse, mais personnellement, je pense que si vous le faîtes – donner – avec sincérité, cela se ressent, et cela ne peut que contribuer à faire de votre communauté un lieu pas comme les autres – ce qu’on recherche tous, non ?  D’ailleurs, quand vous êtes sur une communauté et que son responsable « mouille » le maillot pour vous aider, vous vous dites quoi ? Moi, j’apprécie, je me dis que cette communauté a de la chance d’avoir quelqu’un qui se donne pour elle.

La paresse, c’est un de nos pires ennemis. Parfois, on a tendance à se dire que tout va bien ; que l’ambiance de la communauté est excellente ; que notre dernier concours marche du feu de dieu et que les emails du support client sont assez espacés, donc pas de problème en vue… Justement, quand tout va bien, c’est qu’il y a un problème. Seuls les paranoïaques survivent, disait l’autre. Je pense que c’est vrai.

L’orgueil du Community manager qui croit tout savoir sur sa communauté, pensant deviner ses moindres mouvements et évolutions, s’imaginant anticiper ses réactions, même les plus légères et imperceptibles… Désolé, mais je pense que c’est impossible. Certes, on peut très bien connaître sa communauté, mais complètement c’est irréaliste – et c’est tant mieux, d’ailleurs : autrement, nous ferions le job le plus assommant du monde :) Soyez humble, et acceptez les critiques : sans ces dernières, il serait impossible de progresser. Et ne cédez pas à la tentation de les supprimer, vous aggraveriez la situation – l’art de la modération est de les laisser justement ! N’oubliez pas non plus qu’une communauté bouge sans cesse, évolue et se transforme. D’ailleurs, en ce moment même, un de vos membres vient peut-être de publier LE commentaire qui va révolutionner votre communauté…

La gourmandise de celui ou celle qui veut faire grossir sa communauté plus vite que nécessaire. D’ailleurs, au fond, votre communauté a peut-être comme finalité de rester « petite » – en volume, mais « grande » pour la qualité de ce que s’y passe… Evitez aussi les grands effets de manche, en annonçant  des dizaines de milliers de membres dans 6 mois pour votre future communauté. Atteignez d’abord ce nombre, puis parlez-en.

La colère ne résout pas les choses – bien au contraire, en particulier sur Internet où le second degré et les susceptibilités ne passent pas toujours bien. Des membres vous harcèlent pour une fonctionnalité qu’ils souhaiteraient avoir ? Les renvoyer dans leur 22 mètres n’est sûrement pas la stratégie gagnante. Respirez un bon coup, prenez un café ou un thé. Et, une fois que vous êtes détendu, analysez la situation. Cela vous aidera aussi à traiter les trolls.

L’envie de lancer une communauté parce que vos concurrents en ont une, est parfois grande. Si grande que cela provoque généralement de belles gamelles. Je ne saurai trop vous recommander de vous poser les bonnes questions AVANT, et pas après. Ce petit document devrait vous y aider.

La luxure peut s’imposer dans votre communauté sous la pression du marketing, désireux d’y imposer son empreinte au travers la vente d’espaces publicitaires ou de services de partenaires qui n’ont rien à voir avec la communauté. Une communauté n’est pas un corps sur lequel on peut y greffer n’importe quoi. Elle vous le fera sentir, n’ayez crainte.

Tags: , , ,

1 Commentaire sur “Les 7 péchés capitaux du Community Manager”

  • Cet article ne serait-il pas inspiré de celui publié en anglais sur le blog de Vovici ( »The seven deadly sins of online community management ») deux semaines plus tôt ? :)

Laisser un commentaire

Nom (required)
Email (required)
Site/Blog
Message
 
-->