Que ferait le Community manager ?

C’est le Web 2.0 à San Francisco en ce moment.

Personnellement, ce que j’aime dans les conférences américaines c’est qu’elles ont de vrais sites Internet, avec un matériel incroyable à visionner – ce qui est, ouvrons la parenthèse, loin d’être le cas de nos salons français, alors que je suis persuadé qu’il y a un gisement communautaire énorme et inexploité.

Refermons la parenthèse et revenons au Web 2.0, dont les présentations et les keynotes sont très intéressants.

J’y ai d’ailleurs déniché cette présentation signée Micki Krimmel sur le Community manager.

Elle recense les principales missions du poste, mais va plus loin en posant la question suivante : What Would The Community Manager do – en français, que ferait le Community Manager ?

En clair, Micky Krimmel invite les sociétés à se doter d’un Community manager car il a la capacité à changer l’entreprise, à la tranformer pour qu’elle soit proche de ses clients et de leurs attentes.

C’est beau de rêver, non ?

Je ne sais pas vous, mais moi j’y crois :)

Tags: , ,

9 Commentaires sur “Que ferait le Community manager ?”

  • Que j’aimerais y croire… :)

    Mais à vrai dire j’ai tout de même encore beaucoup de mal à concevoir que les hauts dirigeants puissent être modernes à ce point.
    Même dans une société jeune et dynamique comme Red Bull, où je connais quelques personnes, ils sont encore loin de voir réellement ce qu’est un CM et à quoi ça pourrait leur servir.
    Mais un jour viendra !!

    En attendant, en dehors des réseaux majeurs communautaires, le secteur du jeu vidéo reste le seul à avoir développer et intégrer les CMs. C’est aussi ce secteur qui a créé cette position à mon sens.

  • Oui, cela va être difficile, mais les nouveaux entrepreneurs en ont conscience – certains commentent d’ailleurs sur ce blog, comme Fred A., ce qui prouve qu’ils ont cette préoccupation au coeur de leur démarche créative.

    Par ailleurs, je crois que c’est aussi à nous de nous imposer, de prendre la parole et d’échanger. Si chacun d’entre nous reste dans son petit coin à ruminer sa rancoeur, c’est sûr que ça fera pas bouger grand chose.

    En revanche, c’est en prenant la parole et en imposant son point de vue dans nos sociétés respectives, qu’on arrivera à faire bouger les choses et à changer les mentalités.

    Bien sûr, c’est long, difficile et, si c’est impossible, dites-vous bien que ‘autres sociétés seraient très certainement heureuses de vous accueillir. A ce sujet, j’ai publié quelques annonces d’emplois ;)

  • Le community manager a la capacité à changer l’entreprise, mais si on lui en donne la possibilité !

    Il faut savoir pourquoi le community manager a été embauché :

    * Soit l’entreprise a une réelle volonté d’être plus transparente, plus proche de ses clients, et tenir compte de leur point de vue. Dans ce cas-là un community manager peut faire des merveilles.

    * Soit le community manager a été embauché parce que c’est « tendance ». J’ai toujours été impressionné par l’information à deux vitesses, celle qu’ont ceux qui font de la technique, et celle qu’on ceux qui décident. En général les décideurs lisent une presse spécialisée qui leur est destinée, et qui regorge de « buzzwords » : Ajax, Web 2.0, social marketing, marketing viral,… Avec ces infos, les décideurs ne peuvent PAS faire le bon choix, ils peuvent uniquement faire le choix de ce qui est à la mode.

    Après avoir lu un article qui explique comment telle société a augmenté ses ventes de 137% après la mise en place d’une communauté, qui ne rêverait pas de faire pareil ?

    A nous les community managers d’informer sur notre métier, de casser les multiples idées reçues, d’expliquer ce que nous pouvons apporter à une société, et surtout ce que nous ne pouvons pas leur apporter.

  • @goundoulf : Oui, tu as raison. Je pense aussi qu’il faut vraiment s’imposer, au sein de son entreprise, et ce, à plusieurs niveaux. L’un des chantiers les plus emblématique et stratégique qui nous concerne, sont les statistiques.

    Je pense que c’est à nous de définir les meilleurs éléments de mesure pour jauger notre travail auprès de nos communautés. Beaucoup d’entre nous me disent qu’ils ont des indicateurs comme le nombre de « pages vues » ou le nombre de nouveaux inscrits – des indicateurs qu’on leur a donné et qu’ils n’ont pas choisi… Je me dis souvent : qu’est-ce qui les empêche d’identifier d’autres indicateurs, ceux qui leur semblent les plus pertinents pour raconter ce qu’ils font sur leur communauté ?

    Les statistiques… c’est un vaste sujet, et on en reparlera très prochainement sur ce blog, ou lors de la petite rencontre que j’organise le mercredi 15 avril prochain à Paris ;)

    D’ici là, on peut commencer à lister les indicateurs que nous utilisons. En les partageant, on isolera sans doute de bonnes idées ;)

  • Tout dépend des objectifs de la société qui emploie le community manager… Il faut alors trouver des indicateurs en relation avec les objectifs souhaités, ce qui n’est pas toujours le cas :)

    Si par exemple l’objectif est de générer du bouche à oreille, il est plus judicieux de regarder le classement dans Google, ou alors le nombre de liens entrants, que de se focaliser sur le nombre de visiteurs.

  • [...] Que ferait le Community manager ? | Manager une communauté (tags: Community manager) [...]

  • Où sont ces annonces dont tu parles Dominique ? :)

  • Les voici :
    http://www.managerunecommunaut.....y-manager/

    http://www.managerunecommunaut.....oderation/

  • Voir mes commentaires en direct de San Francisco (!) sur mon blog eclectihk…
    Henri

Laisser un commentaire

Nom (required)
Email (required)
Site/Blog
Message
 
-->