4 règles pour réussir votre communauté

1) Vous intéresser

2) Etre généreux

3) Etre intéressant

4) Connectez les uns autres autres

Voilà, dans l’ordre et selon Seth Godin, les 4 facteurs de la réussite des désormais célèbres conférences Ted.com

A y regarder de plus près, on y remarque d’évidentes passerelles avec notre métier.

Etre intéressé : c’est vous tourner vers vos membres en permanence pour les écouter, même (surtout ?) ceux qui ne s’expriment pas, car ils sont des choses à dire.

Etre généreux : c’est donner plus, et encore plus, et surtout quand personne ne vous le demande. Et ne jamais le faire pour en attendre quelque chose en retour.

Soyez intéressants : arrêter de « manager » votre communauté, elle n’en a pas besoin. Donnez-lui de belles choses à faire, proposez-lui de belles aventures et de grands rêves.

Connectez les uns aux autres : ça, c’est le coeur de votre métier. Votre plateforme n’est qu’un prétexte pour favoriser les échanges entre les membres, entre eux et pas nécessairement autour de vous.

PS : le Café des Community managers repose sur ces principes (enfin, j’essaie hein… ;)

PPS : essayez aussi de les appliquer dans votre vie ;)

Un bon débat

Un bon débat, ça fait causer une communauté, ça fait se rapprocher et s’opposer les membres, qui s’impliquent, donnent leurs avis, se castagnent,…

Un bon débat, ça fait vibrer la communauté.

Si vous en avez la possibilité, organisez-en régulièrement.

La méthode est simple :
1. Sélectionnez un sujet qui anime votre communauté – soit qu’elle en parle déjà, soit qu’elle est intéressée par un thème précis
2. Compilez et construisez du contenu autour dudit thème
3. Créez le débat, interrogez vos membres (sondages, billets,…)
4. Synthétisez le tout

Et répétez régulièrement l’opération tout au long de l’année.

Tenez, il y a les élections présidentielles qui arrivent… Cela pourrait être l’occasion d’un vaste débat au sein de votre communauté avec, pour objectif, de lister 10 propositions (ou 20, 50, 100,…), qui seront remises par vos soins au futur président de la République.

La fin de l’année sur votre communauté

La fin de l’année est un bon moment pour :
1) recenser et mettre en valeur les événements importants qui se sont déroulés au sein de votre communauté
2) valoriser vos membres les plus actifs
3) impliquer vos membres dans les prochains développements de la communauté

Pour les deux premiers aspects, c’est simple et très intéressant à faire. Cela vous permet de mesurer le chemin parcouru et de faire des heureux.

C’est également un excellent moyen de construire l’histoire de votre communauté : en compilant les événements importants, ceux que vous avez organisés et ceux organisés par la communauté elle-même, vous donnez un sens plus fort à votre communauté,  en leur faisant prendre conscience qu’ils font partie d’une histoire commune.

Profitez du ralentissement de l’activité sur vos communautés pour faire un bilan et tracer les grandes lignes de développement à venir.

Rue du Commerce valorise ses blogueurs partenaires

Capture d’écran 2011-11-17 à 11.49.10Voilà une belle initiative prise par Rue du Commerce pour valoriser son réseau de blogueurs partenaires : lancer des carnets de blogueurs.

Ces cahiers sont des petits e-book imprimés. Celui que j’ai reçu – le premier de la série – a pour thème « les desserts lights ». Il s’agit d’un livre de recettes, accompagné d’une petite photo et d’une présentation du blogueur qui partage sa recette. C’est simple, bien exécuté et donne envie d’aller en cuisine :)

Côté blogueurs, c’est une façon de
- reconnaître leur travail,
- de les valoriser
- de les faire découvrir à plus de personnes
- de les impliquer dans un projet collectif
- de les fidéliser à la marque qui a pris cette initiative

On y apprend aussi que ce cahier aura une suite : il y a un appel à blogueurs culinaires pour faire partie du prochain e-book.

Malin et sympa.

Histoires de cafés

Il n’y a pas que le Café des Community managers.

Il y a aussi le Café des Freelances. Cette rencontre est mensuelle et rassemble des indépendants de tous horizons : graphiste, développeur, traducteur, consultant,… C’est un moment sympa, convivial, où on parle de nos métiers, où on s’échange des idées, des trucs et où des amitiés (et du business) se créent.

Le prochain Café des Freelances aura pour thème l’échange de compétences : en clair, si je sais écrire mais que je suis une truffe en graphisme alors que j’ai besoin d’un bandeau pour mon blog, je peux en parler à un graphiste qui a des besoins rédactionnels.

Ces échanges, s’ils se font, peuvent ainsi permettre à des freelances d’avancer plus vite et à moindre coût. Et si vous n’avez besoin de rien mais que vous souhaitez offrir un peu de votre expertise, vous êtes aussi les bienvenus ;)

PS : ce thème – l’échange de compétences – peut très, très bien s’appliquer à votre communauté ;) Essayez, vous verrez.

Du contenu frais

Le contenu, c’est bon pour une communauté.

Je ne sais pas si vous en avez un, mais je vous recommande d’avoir un blog pour la communauté – le blog de la communauté. Cet espace vous permettra d’y cristalliser les belles histoires de votre communauté tout en permettant à vos utilisateurs de savoir ce qui s’est passé durant leur absence.

Vous pouvez vous en servir pour :
- interviewer des membres
- mettre en avant leurs initiatives
- échanger autour de nouvelles fonctionnalités,
- lever le voile sur votre marque/entreprise/équipe
- inviter vos users à s’y exprimer sous la forme de billets, éditos, coups de coeur,…

Bien évidemment, la régularité y est importante : si c’est pour poster une fois tous les 36 du mois, évitez.

Un truc pour gagner du temps : écrivez 5 à 10 billets en une ou deux heures, puis planifiez leur publication tout au long des jours à venir. Cela vous permet d’être présent, sans l’être, et ainsi de vous concentrer uniquement sur les réponses aux commentaires.

Un truc : un blog, ça accueille toutes sortes de formats. Son, vidéo, photo, texte, sondage,… Cela serait trop dommage de vous en priver. Et votre communauté avec.

Nous sommes tous singuliers, de Seth Godin

279 GCoverFrenchWeird Nous sommes tous singuliers, de Seth GodinLe dernier ouvrage de Seth Godin, Nous sommes tous singuliers, nous rappelle que le marché de masse est mort, et que la singularité est la nouvelle norme.

Au niveau communautaire, c’est facilement applicable.

Pourquoi chercher à séduire le plus de monde alors que votre communauté a simplement besoin de conforter sa singularité ? A nous de l’entretenir, la préserver et la développer de façon à solidifier les liens communautaires existants.

Cultivez votre singularité.

Un mois à la prison de Fleury-Mérogis

J’ai passé les jeudis du mois de septembre à la prison de Fleury-Mérogis. Ma mission : former au multimedia des détenus en charge des bibliothèques de la prison.

Cette formation est un des modules du certificat de compétence médiation culturelle du CNAM – un certificat actuellement suivi par une quinzaine de détenus responsables de la gestion au quotidien des 10 bibliothèques à Fleury. Ces bibliothèques ont été créées et sont gérées grâce au formidable travail de l’association Lire c’est vivre. C’est Karine Halpern, une amie spécialiste de transmédia et elle-même détentrice de ce certificat, qui m’a mis en relation avec son ancien directeur d’études qui recherchait quelqu’un pour assurer ce module multimédia.

J’y suis allé avec beaucoup d’enthousiasme, de curiosité, et avec un projet sous le bras : créer un site Internet pour présenter les bibliothèques de Fleury et valoriser le travail de détenus bibliothécaires. Nous avions 5 semaines. Ce qui est beaucoup et peu à la fois.

Voici le déroulé de ces 5 séances.

1er jeudi : Le cahier des charges
Nous avons commencé à travailler sur l’élaboration d’un cahier des charges. Qu’allions-nous mettre dans ce site ? Comment allions-nous le structurer ? Bref, nous nous sommes posés plein de question. Nous devions aussi garder en tête que nos ressources techniques étaient limitées – une salle d’ordinateurs avec la suite Office, et c’est tout. Pas d’internet bien sûr. On a travaillé en petits groupes ; chaque groupe travaillant sur l’arborescence d’une thématique qui lui tenait à coeur (historique des bibliothèques en milieu carcéral, le travail de bibliothécaire, les ateliers d’écriture,..).

2ème jeudi : La rédaction
Une fois l’arborescence de notre site réalisée, il a fallu écrire le contenu. Ce qui fut chose faite en une journée. Là encore, le travail a été réalisé en petits groupes. Puis on a commencé à intégrer le contenu dans des pages créées sous Publisher.

3ème jeudi : Questions, réponses et réflexions
Je leur ai fait une petite présentation de sites Internet existants, assortie d’une série de questions du type «Est-ce qu’on comprend le but de mon site rien qu’en le regardant ?», «Mon contenu est-il à jour ?», … Mon objectif était de les faire réfléchir sur les différents éléments constituant un site Internet (contenu, navigation, graphisme,…), puis d’appliquer ces mêmes questions à leur propre site.

4ème jeudi : Modifications
Chaque groupe a revu et modifié le contenu, en se basant sur les questions soulevées lors de la précédente session.

5ème jeudi : Un projet perso
Du cahier des charges à l’intégration, nous avons vu, en accéléré, les différentes phases de création d’un site Internet. Pour cette dernière session, je leur ai simplement demandé de reprendre cette méthodologie et de l’appliquer à un de leur projet personnel. L’un d’eux a ainsi développé un projet de création d’une bibliothèque en Mauritanie ; un autre détenu a créé le site de son futur studio photo ; un détenu a réfléchi à la présentation d’une activité de façonnage de pièces moto ; un autre a commencé à imaginer un blog pour y publier ses textes écrits en prison,…

Ce fut 5 belles journées.

J’y ai rencontré des gens passionnants, passionnés, talentueux, qui ont tous participé à une belle aventure collective et personnelle. J’espère leur avoir donné envie de réaliser leurs projets, qu’ils soient sur Internet ou ailleurs.

Interview de Andrew Krzmarzick, Community manager de Govloop

Mardi soir, j’étais invité en fin de journée par Bercy à rencontrer Andrew Krzmarzick, Community manager de Govloop, un réseau social destiné aux agents de l’administration américaine.

Andrew était intervenu plus tôt dans la journée au colloque « Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?« , organisé par l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE).

Dans cette interview, Andrew nous rappelle ce qu’est Govloop, à quoi sert ce réseau social utilisé par 45 000 personnes dans le monde entier, et partage également un peu de son quotidien.

A la fin de l’interview, Andrew nous confie qu’il a été un ancien séminariste et que son rôle de Community manager lui rappelle, par certains aspects, celui d’un prêtre. Pour Andrew, le succès de Govloop s’explique parce qu’il n’a pas été créé par l’administration américaine, mais par une poignée de personnes qui voulaient faire évoluer les choses à travers le partage d’information et les rencontres. Ce constat, je le trouve très intéressant, plein de bon sens, et qui peut en partie expliquer l’échec de nombreuses initiatives, plus ou moins communautaires…

Bougez-vous pour vos communautés

Il existe des centaines de communautés, mais celle que vous construisez et animez a forcément quelque chose en plus.

Maintenant, il est temps d’aller plus loin.

Bougez-vous pour votre communauté. Soyez ambitieux et créatif. Inventez des événements. Partez à la rencontre de vos membres. Visez haut et fort.

-->