Une communauté, ça se construit (souvent) d’abord en interne

Quand on construit et développe une communauté, on est souvent focalisé sur « l’extérieur », rarement sur « l’intérieur » – l’entreprise où vous travaillez.

Or, c’est pourtant là, au coeur de votre entreprise, que se joue (parfois, voire souvent… toujours ?) le devenir de votre communauté. Certes, cela peut paraître parfois décourageant d’enchaîner réunions sur réunions pour y présenter votre communauté, ses valeurs, etc. Mais il tient à vous de le faire d’une manière interactive, humaine et qui donne envie d’y participer. Et puis, inconsciemment, on attend peut-être ça de vous aussi.

Voici quelques idées – pensez à ajouter aussi les vôtres en commentaires, surtout si elles vous paraissent évidentes et sans intérêt ;)
- préparer 2-3 slides pour présenter votre communauté à vos collègues. Un quart d’heure maximum. Faites court et enthousiasmant. Entraînez-vous, c’est mieux. Et souriez :)

- dans votre présentation, pas de chiffres ni de bullets points : racontez des histoires !

- utilisez le matériel de votre communauté pour construire vos slides : photos, commentaires, articles,…

- insistez sur des réalisations concrètes de vos membres : ensemble, ils ont, par exemple, aidé de nouveaux membres à créer leurs blogs ; ou bien, certains ne se connaissaient pas et maintenant ils se retrouvent chaque week-end pour peindre ou faire de la musique ensemble, etc. Si vous avez des photos de ces rencontres et de ces échanges, incluez-les dans vos slides.

- organisez une session de découverte de votre communauté en « live » : invitez quelques collègues et, ensemble, créez leur compte et faites-leur découvrir les rouages de la communauté.

- rédigez chaque semaine une newsletter (un simple email suffit) pour raconter la vie de votre communauté. N’envoyez surtout pas cette newsletter à tout le monde : ciblez vos collègues que vous savez « perméable » à l’idée communautaire et invitez-les à « forwarder » votre newsletter. Si l’info vient d’eux, elle passera peut-être mieux que par vous. Et quand vous recevrez des emails de collègues qui vous demandent à recevoir votre newsletter, c’est que le message commence à passer. Pensez à remercier vos nouveaux « abonnés ».

- invitez des membres à venir rencontrer vos collègues dans votre entreprise. Pour intéresser vos collègues, demandez-leur un des sujets sur lesquels ils aimeraient avoir des idées et des suggestions, puis dites-leur que vous avez monté un petit groupe de membres qui ont plein d’idées – justement.

- organisez une semaine où vous interviewez vos collègues pour les présenter à votre communauté. Prenez des photos, faites des petites vidéos. Montrez vos visages à la communauté dont vous vous occupez.

Plus c’est simple, mieux c’est

La pression est parfois forte d’imposer des gadgets à sa communauté. Certains « gadgets » qu’on se sent obligés d’imposer car les « autres » l’ont sur leurs communautés – attention : quand je dis gadget, je ne suis pas péjoratif ; je suis moi-même un grand consommateur de gadgets (nouvelles fonctionnalités web,…) et je prends un vrai plaisir à en tester chaque jour de nouveaux, sur Internet et ailleurs. Seulement voilà, quand on parle de communautés, il faut y regarder à deux fois.

Plutôt que de « céder » à la pression environnante, interrogez-vous vraiment sur l’opportunité d’avoir, par exemple, un compte Twitter si aucun de vos membres ne l’utilisent… Certes, c’est sympa d’en avoir un, et peut s’avérer efficace pour recruter de nouveaux membres (même si je pense que vos membres sont les meilleurs ambassadeurs de leur communauté), mais vous faire plaisir est une chose, faciliter et enrichir la vie de votre communauté en sont des autres.

Un peu dans le même ordre d’idée, Craiglist, le site de Craig Newman, est un des sites les plus visités au monde. Allez-y, et vous serez d’accord avec moi si je vous dis que côté design, ce site n’est pas vraiment folichon – c’est le moins qu’on puisse dire ! Et pourtant : chaque jour, des centaines de milliers d’utilisateurs y font du business, trouvent un job, un nouvel appartement ou revendent une lampe de séjour. C’est un site simple, sans chichi, qui va droit au but.  Soit, exactement ce que recherchent ses utilisateurs… Un exemple à suivre pour nos communautés.

Aidez vos membres à créer leurs communautés

La richesse d’une communauté, ce sont – entre autres – les « mini communautés » qui la composent.

Par mini communautés, j’entends ces espaces que certains membres développent au coeur de votre communauté. A mes yeux, c’est le signe qu’ils se sentent bien chez vous et qu’ils se sont appropriés l’espace que vous leur avez donné où ils ont investi du temps et de l’énergie.

Face à cela, ne restez pas surtout les bras croisés : aidez-les ! Mettez en avant ces animateurs de communautés et donnez-leur plein de conseils pour qu’ils développent et animent encore mieux leurs communautés.

Bilan du « camping car Tour » de Regioneo avec Marc Thouvenin

marc Bilan du camping car Tour de Regioneo avec Marc ThouveninL’autre jour, je vous ai parlé de Regioneo et de son « camping car Tour ». Histoire de faire un petit bilan de cette belle initiative, j’ai appelé Marc Thouvenin, le créateur de Regioneo qui, début juin, repart avec sa petite famille, direction la Bretagne, pour le second camping car Tour.

Ecoutez-le bien : il parle de vraies rencontres, d’histoires, de confiance et d’implication – des valeur essentielles pour bâtir et développer une communauté.

Pour revivre le premier camping car Tour, baladez-vous sur le blog de Regioneo.

Patrick O’Keefe, auteur de Managing online forums : « A successfull community creates values »

headshotpatrick Patrick OKeefe, auteur de Managing online forums : A successfull community creates valuesPatrick O’Keefe est l’un des meilleurs experts des communautés et l’auteur de l’ouvrage de référence des forums, « Managing online forums ». Dans cette interview, il rappelle les fondamentaux du métier : être proche de sa communauté, favoriser, faciliter et encourager les échanges qui s’y créent. Un travail passionnant, mais long et difficile, et qui nécessite aussi beaucoup d’humilité et de courage.

(Lire la suite…)

Votre communauté, ici, là-bas…

Parfois, en tant que responsable d’une communauté, on se sent « bridé » parce que nous n’avons pas (ou pas encore) les outils qu’on estime nécessaires pour réaliser notre mission. Ils peuvent être en cours de développement, voire pas prévus du tout.

Mais, au fond, est-ce si grave que cela ?

Il existe tellement d’outils à notre disposition sur Internet qu’il suffit de les utiliser. Pas de forum, ni de blog ? En deux minutes, vous en créez un sur Internet. Et en 60 secondes, vous venez d’inventer le nouveau foyer de votre communauté !

Certes, vous auriez sans doute préféré qu’il soit « sur » votre site. C’est compréhensible et légitime, mais que préférez-vous : attendre patiemment que vos outils arrivent (donc ne rien faire) ou bien entamer dès maintenant la construction de votre communauté qu’il suffira ensuite de migrer (ou pas d’ailleurs), vers votre site quand celui-ci sera prêt à la recevoir ?

Regioneo part à la rencontre de sa communauté

1e nuit Regioneo part à la rencontre de sa communautéVoilà le genre d’initiative que j’adore, qui mêle joliment « online » et « réel ».

L’équipe de Regioneo, un site Internet qui permet aux producteurs régionaux de vendre directement du producteur au consommateur, a loué un camping-car et a pris la route pour partir à la rencontre de producteurs régionaux.

Jusqu’au 2 mai, on peut les suivre sur leur blog, découvrir leur itinéraire  sur une carte Google, visionner des vidéos, lire leurs billets et même leur passer un coup de fil si on souhaite les rencontrer… D’ailleurs, je pense que je vais les appeler pour une petite interview express ;)

Personnellement, cela fait plusieurs mois que je « fatigue » un de mes clients pour louer un bus anglais à 2 étages et partir à la rencontre des membres de sa communauté éparpillés dans la France entière…

Et vous, organisez-vous des événements « réels » avec les membres de vos communautés ? Si oui, lesquels et pour quels résultats ?

L’annuaire Twitter des Community managers

Merci à Xavier, Kim, goundoulf, Barthox, Benoît, Mick33 et Cédric pour ce bel échange et vos retours d’expériences, hier, au sujet de l’utilisation de Twitter dans la construction et le développement de nos communautés.

Pour continuer sur notre lancée, je vous propose deux choses  :

1) construire ensemble l’annuaire Twitter des Community managers. Pour cela, indiquez votre pseudo Twitter en commentaire de ce billet.

2) indiquer 5 personnes que ceux et celles qui évoluent dans nos métiers doivent absolument suivre sur Twitter

Pour ceux qui ne se servent pas encore de Twitter, je vous recommande 1) la lecture de ces deux liens, histoire de bien comprendre l’outil et son potentiel :
- un dossier de Radio Canada
- un article de Etienne Chabot

… et 2) de « suivre » sur Twitter les pseudos déposés… dans notre annuaire des Community managers ;)

La boucle sera ainsi bouclée :)

Ce petit mot qui fait toute la différence

bluesweater 300x265 Ce petit mot qui fait toute la différenceL’autre jour, Seth Godin « offrait » sur son blog le livre de Jacqueline Novogratz, « The Blue Sweater – Bridging the gap between rich and poor in an interconnected world ».

Jacqueline Novogratz a quitté la banque où elle a fait carrière pour lancer Acumen, une fondation dont le but est d’aider des entrepreneurs qui veulent réduire la pauvreté dans des zones défavorisées et/ou meurtries (Afrique, Inde,…).

J’ai reçu hier son livre hier et, à l’intérieur de l’enveloppe qui le protégeait, il y avait une petite note signée « Sasha & Seth ».

Ils me remerciaient pour mon soutien à Acumen.

Ils espéraient que j’en parle sur mon blog.

Ils aimeraient aussi qu’après l’avoir lu, je donne ce livre à quelqu’un qui a besoin de le lire.

Mine de rien, ce petit mot a beaucoup d’importance :
1) il me remercie,
2) il m’encourage à agir : écrire sur mon blog et parler du livre autour de moi
3) ce dispositif est simple (7 lignes de texte, une signature avec 2 prénoms), peu coûteux (un simple morceau de papier) et marque les esprits – en tout cas, c’est le genre de petite attention qui me touche.

En lisant ce mot, je me suis dit qu’il y avait quelque chose d’intéressant à creuser ici, quelque chose dont nous pouvons nous inspirer pour l’accueil de nos membres  – sommes-nous suffisamment reconnaissant envers les membres qui rejoignent nos communautés ? Donnons-nous leur vraiment l’envie d’agir au sein de nos communautés et d’en parler autour d’eux ? -, mais aussi la façon dont nous les recrutons – ce petit mot n’est-il pas beaucoup plus puissant, authentique et profond qu’une campagne de pub où on me fait miroiter un iPod contre mon adhésion à une communauté ?

Créez votre communauté avant votre site

L’autre jour, un ami m’a dit qu’il lançait très prochainement un nouveau site Internet et qu’il y aurait une communauté. Très bien. Il m’a demandé quelques conseils, ce que j’ai fait avec  plaisir. Seulement voilà : en parlant avec lui, je me suis dit qu’il aurait dû se pencher sur la question communautaire avant même le lancement de son site et qu’il aurait dû construire d’abord sa communauté. Généralement, on fait l’inverse : on crée le site, on y met une couche communautaire, et on se dit que la mayonnaise prendra. Franchement, j’ai expérimenté cette façon de faire et je n’y crois plus. Il est vraiment plus facile et pertinent de créer sa communauté avant qu’après.

-->